Retour sommaire                                                                                                                                                            Histoire de la porte

Complainte pour une porte.

 

Depuis presque cent ans, elle se dresse, fière,

Défiant le village avec son air hautain.

La vieille porte est là, imposante, altière

Comme un grand piédestal qui attend son airain.

Elle fut érigée en période de rage

Où le rouge et le blanc ne se côtoyaient point,

Pour une sombre histoire de droit de passage

Que les « gueux » contestaient aux hobereaux du coin.

Les partis en conflit firent appel au barreau,

L’un criant au scandale, l’autre plaidant ses droits.

Le premier faisait foi de vieux droits ancestraux,

Le second se voulant le maître de l’endroit.

Les pauvres paysans avaient comme consigne

D’emprunter ce chemin au milieu des grands pins

Pour aller cultiver les jardins et les vignes,

Planter les palissades de leurs petits lopins.

En effet, depuis peu, un terrible fléau

Ravageait sans merci le vignoble français:

C’est le phylloxéra, cause de tous leurs maux

Qui a détruit leurs vignes et a vidé leurs chais.

Heureux dans le malheur, cette mâle vermine

Ne peut se propager dans les terrains sableux.

Une lueur d’espoir, et leurs yeux s’illuminent,

On va pouvoir planter, l’avenir est heureux.

Mais voilà qu’un matin, pour les villeneuvois

A l’entrée du chemin, on a barré la voie.

Le maire de céans, un nommé Bouladou,

Homme républicain, briseur de goupillon,

Croyant en son bon droit, fit parler son courroux

Et alla arracher grille et portillon

Qu’on avait fait placer au milieu du passage

Pour empêcher les gens de se rendre à la plage.

Il avait refusé une proposition

Qui aurait emprunté un autre itinéraire.

Fabrège avait trouvé une autre solution

Sur un petit chemin qui contournait ses terres.

Bouladou refusa. Il s’emporte, il râle.

Pas de vil compromis, il faut aller tout droit

En traversant le parc, devant la cathédrale,

Pas question de passer par un tout autre endroit.

Le premier magistrat fut traîné en justice

Malgré le grand soutien de la population.

Il était bien trop tard pour signer l’armistice.

On allait le frapper d’une dure sanction.

Les amis de Fabrège, avocats comme lui,

Eurent tôt fait d’abattre ce révolutionnaire

Qui allait au devant de pénibles ennuis

Pour avoir abusé de ses pouvoirs de maire.

La balance pencha du côté de la droite,

C’était souvent le cas à cette époque-là.

Bouladou va payer son action maladroite,

Après le jugement tout espoir s’envola.

Soixante mille francs ! Voilà l’énorme somme

Que devra acquitter notre maire abattu.

C’était bien cher payé pour ce pauvre bonhomme,

Lui qui, pour son village s’était si bien battu.

Savourant la victoire, après sept ans d’efforts,

Fabrège fait planter face au port du Pilou

Pour bien monter à tous que c’est lui le plus fort

Un immense portail qu’il paie avec « nos sous ».

Mais depuis quelque temps, le portail se fissure;

Est-ce à cause des ans qu’il devient chancelant?

Perdant de sa superbe, il fait triste figure,

Lui qui était si fier au milieu de l’étang.

Certains y voient déjà l’espoir d’une revanche,

On va laisser crouler l’édifice branlant.

On est sûr de gagner cette seconde manche,

L’adversaire est touché, laissons faire le temps.

Moi, cette lâcheté me hérisse, m’emporte.

Pourquoi ne fait-on rien pour aller restaurer

Le symbole érigé par cette vieille porte

Quand les hommes luttaient pour aller travailler ?

Et quand je la regarde, découpant l’horizon,

Je sais qu’il fut un temps où il fallait combattre,

Un temps qui était dur, qui avait ses raisons,

Le temps de l’idéal, et l’envie de se battre.

Je m’adresse à tous ceux qui la mettront à bas:

Plutôt que vous complaire en de basses tactiques,

Contre vos ennemis, relevez le combat,

C’est le meilleur moyen d’aider la République.

Alain GUERRERO

juin 2001

 

La pòrta de Magalona.

(Version occitane)

 

Dempuèi mai de cent ans, se quilha bèla e fièra

Bravejant lo vilatge d’un agach ufanós

Enlai la vielha pòrta nos regarda nautièra

Que son avenidor es pas gaire gaujós.

 

Los vielhs la bastiguèron en périòde grevosa*

Quand los roges e los blancs podián pas se sentir

En aquela epòca la gentalha* es nervosa :

Borgeses, reialistes, los vòlon esputir. 

 

Lo noblilhon* dau luòc, avocatèl salvatge

Aviá fach enaissat un empausant palenc*

Au mitan dau camin que menava au rivatge

Per barrar lo passatge a tot Vilanòvenc.

 

Lo dolent senhoràs  se sonava Fabrège

Comprador dau domèni a la Revolucion

Ome gaire amistós, de caractèr iretge

Renovar Magalona devenguèt sa passion.

 

Mas aquela barrièira l’avian desquilhada

Fabrège manteniá que la tèrra era sieuna              

E los vilanòvencs la tenián filhada

Que volián passar per aquela andana.

 

D’efièit dempuèi trenta ans, una sorda vermena

Que l’òme saberut li ditz filoxerà

Degalha lo vinhal e dins l’ataüt* los mena

I a pas pus de rasim per romplir lo ferrat.

 

Mas aquela malautiá, que sagnèt lo ròdol

Se desvelopa pas dins lo sòl arenós.

An  plantadas de vinhas còsta l’estanh fangós

L’annada foguèt brava, e lo caissòt* comól.

 

Fòrça vilanòvencs, entre mar e Arnel

Demest los tamarisses, los joncs e las canissas

A còps de rabassièr*, de trenca* e d’escaucèl*

Fan butar de rasim mas pas per vin de missa.

 

Los valents vinhairons avián presa la tissa

De segre un caminòl entre los grands pinhièrs

Traversavan un caston*, la tropa s’espespissa

Per anar acotrar los salvadors vinhièrs.

 

Los rasims primairencs confladós de solelh

Eran de Chasselas, de Pèrlas de Csabat

Que son pas de rasims per finir dins lo truèlh*

Mas lo melhor dessèrt d’un afart acabat.

 

Aquel rasim de taula, fòrça renomenat

Lai de nòstra region, duscas la capitala,

Faguèt de Vilanòva un maine* amonedat,

Un vilatge aisit ont la vida era bèla.

 

Mas vaquí qu’un matin, s’en anent a l’obratge

traversent lo canal ambe un negafòl*,

Percébon un palenc* qu’empacha lo passatge.

Es un còp de Fabrège ! Aquel òme es un fòl !

 

Lo cónse dau vilatge, que sonavan "Lo Roge"

Ardent republican, manjaire de cuòls blancs

Brisaire d’asador, e tustaire de monge

Arranquèt la barrièra ambe sas pròprias mans.

 

L’avocat en furor apela los gendarmas

Los òmes en caval venon de Frontinhàn

Far respectar la lei menaçant de sas armas.

Mas degun a pas paur, es un polit çaganh !

 

Lo noblilhon* portèt en justiça l’afar

Son argent escanèt los paures vilatgencs

Lo topinàs de fèrre a pro fach d’esclafar

Lo topinon de tèrra del plag* vilanòvenc.

 

Seissanta mila francs ! Vaquí la soma esnòrma

Que pechèran* los jutges  contra nòstre consol 

La li caliá pagar a la fin de la prima.

Contra la borgesiá « Lo Roge » era tot sol.

 

E malgrat lo sosten d’amics e de companhs

Nòstre paure consól deguèt far un emprunt

Que sagnèt la comuna pendent mai de vint ans

E los vestits de seda tornèron en galabrun*.

 

Ambe aquel argent, ganhat aisidament

Lo "rei" de Magalona faguèt bastir aval

Au chavon* dau camin fòrça solemnament

Aquel arcàs trinfal au bòrd dau grand canal.

 

Lo bastiment de pèiras nharga nòstre vilatge

Es lo simbèl dau temps ont plegaban l’obrièr

Mas aquò fa pas res,  cal li rendre omenatge

En sovenir de los que resistissián ièr.

 

Era lo temps sagrat d’aquela republica

Ont caliá s’escrimir contra los capelans

Que volián atudar l’ardeça manhifica

L’estofar, l’engolir d’un apetís alan*.

 

Vesent aquel arcàs qu’estraça lo cèl blau

Pòdi pas m’empechar de pensar au poblum

Que de la libertat voliá téner la clau

Escapitant de tèstas pendent lo revolum.

Alain GUERRERO

Octòbre 2008

 

Vocabulari :

acotrar : cultiver

alan : vorace

ataüt : cercueil

caissòt : cageot de raisins

caston : petit parc

chavon : la fin, le bout

escaucel : houe à déchausser

(s’ )escrimir : se battre

galabrun : toile grossière

gentalha : populace

grevosa : difficile

maine : hameau

negafòl : petite barque à fond plat

noblilhon : hobereau, seigneur

palenc : palissade

plag : procès, plaidoyer

pechar : infliger une amende

rabassièr : grosse houe

trenca : houe à lame courte

truèlh : pressoir